Catégories
Mes théories

Forrest Gump ou la théorie du destin

Ce que nous révèle le destin de Forrest Gump et de notre propre capacité à gérer le confinement pendant l’épidémie du Coronavirus.

Quelques semaines avant le confinement, je parlais avec un ami sur Whatsapp. Arrivé depuis quelques mois de l’autre côté de l’atlantique, il me narrait l’énergie et l’enthousiasme qui régnaient là bas. Le monde semblait fait de mille opportunités. La carrière de mon ami a toujours été en dent de scie avec des expériences très diverses mais aucun vrai accomplissement. Dans ce bouillonnement d’énergies et d’opportunités, il comptait bien trouver sa voie.

Comme tout nouvel arrivant dans un pays, ouvert aux autres, sa sympathique naturelle lui a permis de se constituer rapidement des réseaux. Grâce à eux, des opportunités se présentent naturellement à lui. Qui plus est, dans des secteurs très différents sur des postes très variés. Certains même diamétralement opposés. Il avait l’embarras du choix, source d’un grand ravissement chez lui. 

Bien entendu sa joie me ravissait. Néanmoins, en tant qu’ami, je me devais de lui faire part de mon avis. C’est alors que je lui ai parlé de ma théorie sur Forrest Gump ou sur le destin.

La vie est une boîte de chocolats, il suffit juste de choisir le bon.

Le film Forrest Gump avec Tom Hawks est une fable que bons nombres de lecteurs ont vu donc je vous ferai cadeau de ne pas vous en donner ici un résumé. Pour ceux qui ne l’auraient pas vu, je conseille de le voir à plus d’un titre, au delà de son caractère extrêmement divertissant, c’est un film qui donne à réfléchir sur de nombreux sujets.

Une des scènes cultes est bien évidemment la scène de la boîte de chocolats où Forrest Gump explique à une petite fille (de mémoire) que la vie est une boîte de chocolats. Il y a une multitude de saveurs et on ne sait jamais sur laquelle on va tomber. Je suis totalement en accord avec cette vision de la vie. La vie est une suite d’accidents, certains heureux, d’autres moins, qui influencent votre vie. 

Cependant, si on ne peut pas toujours choisir ses accidents, on peut choisir la prise qu’ils ont sur nous. Si je regarde le destin de Forrest Gump, je suis étonné de voir à quel point, il n’a aucune prise sur sa vie. C’est le hasard qui décide de sa vie. Sa vie est heureuse et riche en événements et tant mieux pour lui. Mais :

  • Ses choix de vie auraient pu être des erreurs lui apportant beaucoup d’insatisfaction. 
  • Des choix de vie correspondaient plus à ses besoins profonds lui apportant encore plus de satisfaction

C’est le destin qui a tout décidé pour Forrest Gump de ce qu’il a eu.

Comme pour Forrest Gump, notre vie personnelle et professionnelle est une route qui n’est pas rectiligne. Elle est souvent composée de hasards et d’inattendus. Quand je regarde mon parcours, je suis toujours sidéré de voir à quel point il est composé d’imprévus. Pourtant, ces événements fortuits ont eu l’impact que je le leur ai laissé avoir sur ma vie. J’ai toujours essayé de garder une ligne directrice dans ce que j’entreprenais (du fait du hasard ou de choix). 

Un choix de vie ne se critique pas. Sinon par soi même

Je partage moins l’enthousiasme de mon ami quand à sa situation car il a provoqué pêle mêle bon nombre d’opportunités sans vraiment savoir quoi il cherchait. Il ne m’en voudra pas de révéler ici publiquement que son départ de l’autre côté de l’Atlantique relevait plus d’une fuite en avant que d’un vrai choix choix de vie. Les opportunités, se présentant à lui, étaient intéressantes mais ne faisaient pas partie d’un projet personnel cohérent en lien avec un choix de vie. 

Sans se poser les questions de ce qu’il cherchait, des opportunités se sont ouvertes à lui de son fait et du hasard qui l’a aidé dans cette quête. Il pioche dans des boîtes de chocolats en fonction de ce qui lui est proposé sans se soucier de savoir ce qu’il veut. Et à la manière de Forrest Gump, il laisse le destin décider de ce qu’il va manger.

C’est sur ce dernier point que je veux insister.

Le coronavirus et le confinement : Un hasard et des choix

Comme vous et des millions de personnes dans le monde, je suis confiné en ce moment. Le coronavirus est un hasard de la vie auquel nous ne pouvons échapper. C’est un hasard inattendu et difficilement envisageable. Les conditions de notre confinement ne sont pas non plus un choix. 

Mais nous avons un choix et un libre arbitre : ce que nous faisons de notre temps confiné chez nous. Certains vont passer des journées à regarder des séries sur Netflix ou à surfer sur Internet. Certains vont passer des heures sur Twitter ou sur les réseaux sociaux pour répandre des news que quelques clics auraient pu leur révéler qu’elles étaient fake. Certains luttent pour garder leurs entreprises à flot et sauvegarder des emplois. Certains travaillent dans des hôpitaux pour essayer de sauver des personnes. Certains se lancent dans des projets pour apporter une contribution positive à cet événement (fabrication de masques, don, …). Certains se posent la question du jour d’après et comment le préparer au mieux. Chacun à sa mesure fait ce qu’il peut. Chacun est libre de faire ce qu’il veut et peut et je ne juge personne. Certains ont besoin de temps pour se vider l’esprit et moi même je m’accorde du temps à des activités à faible valeur ajoutée pour me détendre. 

Mais à votre avis, lesquelles de ces personnes ressortiront grandies de cette “expérience” ? Parce que ce qui est notre pouvoir, c’est de décider du temps que nous avons pour faire des choses. 

La chance, c’est la rencontre du hasard et de la préparation

Cette phrase, je la tiens depuis des années grâce au monde du poker. Il est difficile de prédire l’avenir. Par contre, on peut se préparer à le vivre et à y être actif. 

Il y a un choix à faire : Est-ce que je vais attendre la fin du confinement pour me poser la question de ce que je vais faire après ? Allez-vous attendre qu’une boîte de chocolats se présentent à vous pour savoir lequel vous allez choisir ? Ou bien vous allez profiter du confinement pour vous poser des questions sur vos envies et sur les chocolats que vous voulez.

La réalité est que des dizaines de boîtes de chocolats vont se présenter à vous dans votre vie. Quelque soit le lieu dans le monde où vous êtes, vous avez à portée de mains de nombreuses opportunités. Certaines se proposent spontanément. D’autres nécessitent des efforts pour aller les chercher. Vous vous préparez aujourd’hui à ce qui va se passer demain. Le coronavirus démontre qu’envisager le lendemain est un exercice aussi ardu qu’incertain tant les variables sont nombreuses. La vie est aussi une boite de chocolats dont certains ont un goût amer. Certains seront sucrés mais pas à votre goût. Il n’y a pas de bons ou de mauvais. Juste des choix qui correspondent à vos envies. Faites des choix pour vous. Pas en fonction de ce qu’il y a en face de vous.

Le chemin importe plus que la destination

Mon ami semblait perturbé par cette réflexion. J’avais ma part de tort car, en tant qu’ami, j’aurais du lui dire plus tôt ce que je pensais de tout cela et par ces lignes, je lui renouvelle de nouveau mes excuses. Il allait réfléchir avant de se lancer dans un projet, faire le point sur ses opportunités puis se décider laquelle suivre. Il allait mettre en pause ces opportunités le temps de sa réflexion. Pour certaines d’entre elles, bien qu’elles étaient encore à leurs balbutiements, il n’aurait qu’à faire jouer son charme pour rattraper le retard pris par la pause. C’est alors que je lui ai parlé des slows de fin de soirée et de la théorie du moment. Mais c’est une autre théorie.

Prochaine théorie : Le Slow ou la théorie du moment

Précédente théorie : Le disque d’or ou la théorie du choix